ANSELM KIEFER, Beaubourg, Paris jusqu’au 18 avril

Anselm KieferAutant la rétrospective Gérard Fromanger est colorée et ludique, autant l’exposition consacrée à Anselm Kiefer est sombre et exigeante. Mais toutes deux sont fortement engagées et politiques : celle de Fromanger sur le plan social, celle d’Anselm Kiefer sur un plan historique, réfléchissant à l’identité allemande et à la période du nazisme.

A l’origine, j’avais prévu d’aller à Beaubourg pour la rétrospective Gérard Fromanger. Mais une fois le billet en main et ayant bien trois heures devant moi, j’ai évidemment décidé de profiter de la seconde exposition en cours, ne connaissant d’ailleurs pas du tout ce peintre, auquel Beaubourg consacrait la quasi totalité de son dernier étage !

Autant le savoir avant de franchir le seuil : l’espace consacré à Anselm Kiefer est imposant et le contenu est d’une richesse impressionnante, dans le fond et dans la forme. Ce qui veut dire qu’il faut prévoir de lui consacrer le temps nécessaire pour parcourir les œuvres, comprendre le contexte de leur réalisation et apprécier à sa juste valeur ce travail phénoménal qui fouille l’histoire, la philosophie et la religion juive, le tout sous l’éclairage de l’identité allemande. Il faut d’ailleurs absolument prendre l’audioguide ou télécharger l’application pour Smartphone « Centre Georges Pompidou ». Ils fournissent les clés pour entrer dans l’univers de cet artiste époustouflant. Lire la suite

Publicités