RESTER VERTICAL de Alain Guiraudie

Rester VerticalA la quête du loup

Extrêmement déçu par Nocturama de Bertrand Bonello, je ne pensais pas qu’il servirait finalement de point de comparaison utile deux jours plus tard à Rester Vertical d’Alain Guiraudie.

Les deux films sont effectivement antinomiques à tout points de vue. Le premier est totalement urbain, le second se déroule quasi exclusivement sur un causse perdu de Lozère ; Nocturama est traversé d’une pulsion de mort, Rester Vertical est régulièrement secoué d’une pulsion de vie ; l’un nous montre de grands ados qui ne connaîtront pas l’âge adulte, l’autre des jeunes adultes dont on semble avoir volé l’adolescence ; d’un côté des personnages fuyant toute responsabilité, de l’autre des êtres humains essayant de les assumer tant bien que mal. Enfin, quand vous sortez de Nocturama, vous vous demandez pourquoi vous êtes allé au cinéma ; en sortant de Rester Vertical, vous comprenez pourquoi vous venez d’y passer deux heures. Lire la suite

Publicités

CAPTAIN FANTASTIC de Matt Ross

De l’intérêt des avant-premières captain-fantastic-400px

Mi-août lors de l’avant-première de Divines, soirée exceptionnelle, Patrick Ortéga, l’un des deux directeurs du Club, nous avait mis l’eau à la bouche en nous invitant à cette nouvelle séance début septembre en présence du réalisateur, Matt Ross. A vrai dire il avait bien chauffé le public en révélant qu’il n’y en avait en tout et pour tout que deux en France, dont une à Grenoble donc. Ou comment chatouiller gentiment l’orgueil des spectateurs, en leur faisant miroiter l’accès à un privilège rare.

Je dois avouer humblement qu’à l’époque je n’avais pas entendu parler de ce film, ou que si javais vu son titre, je l’avais pris pour une nouvelle aventure d’un super-héros américain, que j’avais donc aussitôt oublié.

Mais le simple énoncé du nom de son acteur principal, Viggo Mortensen, ravive l’intérêt. Ses rôles sont généralement sous tension. Il leur donne de la profondeur et souvent du mystère. Ses personnages dégagent de la puissance et du charisme. Mais comment se glissera-t-il dans la peau d’un père de famille éduquant lui-même sa progéniture ? Lire la suite

TONI ERDMANN de Maren Ade

toni-erdmann-posterPlus tragique que comique ?

Ce film a reçu un accueil enthousiaste à Cannes, à cause en particulier de ses nombreuses séquences comiques, saugrenues, à la limite de l’absurde parfois, ponctuant des moments plus profonds, plus graves, brisant les tensions et les gênes. Il sort donc avec la réputation d’un film amenant plutôt la bonne humeur que les interrogations métaphysiques.

On comprend rapidement que le père sera la ponctuation farfelue qui rythmera le film, alternant déguisement, grimage et humour noir, qu’il ponctue d’un « Je plaisante » prononcé plus ou moins rapidement, et plongeant son auditoire dans une incertitude glacée plus ou moins longue.

On comprend également qu’il a toujours peu communiqué avec sa fille, évoluant dans un univers qui lui échappe, consultante dans un cabinet d’audit international, en mission en Roumanie. D’ailleurs lorsqu’il la croise chez son ex-femme, elle passe plus de temps pendue, tendue devrait-on plutôt dire, au téléphone, pour raison professionnelle, qu’avec son père qu’elle n’a pas vu depuis des mois. Lire la suite