DIAMANT NOIR de Arthur Harari

Diamant NoirJusqu’où ira la vengeance ?

Diamant Noir a été souvent présenté par la presse comme une réussite car empruntant à la mythologie des films noirs comme, soit-disant, seuls les américains savent les faire. Cela se voulant un compliment ; un film nous faisant oublier sa carte d’identité française, trop souvent synonyme de nombrilisme, oubliant les grands thèmes d’actualité ou les tragédies universelles.

Oubliez les américains, car rien dans le jeu des acteurs, dans le scenario ni dans l’atmosphère, n’y fait penser. Et cela vous évitera de perdre cinq à dix minutes à vous demander si cette analogie est justifiée, avant de vous laisser immerger dans l’histoire. Mais gardez le noir. Suintant, collant, fébrile, avec un acteur dont les tortures intérieures se lisent de manière transparente et permanente dans ses yeux, dans ses joues émaciées, dans sa gestuelle toujours hésitante, souvent maladroite. Dans son regard, jamais droit face à son interlocuteur, souvent en-dessous, comme pour masquer ses turpitudes, de peur qu’elles ne se devinent dans sa pupille et son iris, souvent pris en très gros plan et envahissant l’écran. Lire la suite

Publicités

FONDATION LOUIS VUITTON – DANIEL BUREN, Paris

FLV-DB 1Une réussite à la hauteur du risque

Le risque était évidemment immense : oser retoucher les voiles translucides de ce grand navire posé dans le Bois de Boulogne, et qui font de la Fondation Louis Vuitton elle-même une véritable oeuvre d’art née de la folie créatrice d’un architecte de génie qui a réussi le tour de force de donner à ce bâtiment imposant une allure de légèreté.

Le résultat est à la hauteur du risque pris : exceptionnel voire inespéré ! Les filtres de couleur posés par Daniel Buren n’alourdissent pas la carapace vaporeuse de la Fondation. Ils lui donnent une présence encore plus lumineuse, renforcent ses volumes et enrichissent les jeux de miroitement et de transparence au travers des treize couleurs acidulées choisies par l’artiste. La Fondation dégageait une personnalité ingénieuse et subtile. Daniel Buren lui a donné du caractère. Plus qu’un ajout, il a réalisé une symbiose : tout visiteur qui découvrirait l’édifice sans l’avoir vu « nu », n’imaginerait même pas qu’il ait pu être conçu autrement. Lire la suite

YOKO ONO, MAC de Lyon

WishTreeVoeu exaucé

Tout d’abord une note personnelle. Il y a bientôt 6 ans nous étions à New York et venions d’être happés dans un tourbillon en apprenant que Lorris était admis à la School of American Ballet. En visitant le MOMA, nous avions vu à l’entrée les fameux « WishTree » de Yoko Ono, où nous avions alors attaché une étiquette souhaitant bien sûr que Lorris devienne un jour danseur professionnel. Le passé est soudain remonté comme une lame de fond qui vous submerge d’émotion en approchant du Musée d’Art Contemporain de Lyon : deux arbres à souhaits à l’extérieur et un dans le hall d’entrée, alors que Lorris vient de signer il y a seulement quelques semaines son premier contrat ! Ce qui est encore plus étonnant c’est que j’avais prévu initialement d’aller visiter cette exposition en Mars, date à laquelle Lorris courrait encore après son premier engagement. Il fallait sans doute attendre que le vœu se réalise pour la découvrir et l’apprécier complètement. Lire la suite