GUIBORD S’EN VA-T-EN GUERRE de Philippe Falardeau

Guibord-va-t-guerre-afficheEnvie d’un film léger, humoristique et intelligent ? Laissez vous tenter par Guibord s’en va-t-en guerre, l’histoire d’un député indépendant du fin fond du Quebec qui se retrouve, à cause de l’hospitalisation mystérieuse d’une député conservatrice et de l’égalité parfaite entre les deux principaux partis politiques, avec la redoutable responsabilité d’être celui qui va décider d’envoyer ou non les soldats canadiens en guerre au Moyen-Orient.

Dès le premier plan on comprend que l’on sera en permanence sur une crête en équilibre instable entre politique et situation cocasse : la permanence du député est à l’étage d’une boutique de lingerie fine qu’il faut traverser pour le rencontrer.

C’est là que se présente Souverain Pascal, un jeune étudiant haïtien, passionné de politique et qui a répondu à une offre de stage. A la grande surprise de Steve Guibord, son futur assistant, sans doute persuadé d’avoir le poste, est tout simplement venu d’Haïti pour l’entretien. Embauché ! Lire la suite

Publicités

EMPIRES, Huang Yong Ping, Grand Palais, Paris

monumentaMonumenta : l’artiste face au vide.

J’ai visité cette exposition son avant-dernier jour mi-juin et ai laissé infusé les impressions immédiates. Histoire de se rendre compte si le choc visuel et émotionnel que l’on ressent lors de la visite, est fugace, essentiellement dû à l’aspect monumental de la création ou s’il perdure, car au-delà des apparences, le sens s’impose, et que le caractère démesuré de l’oeuvre n’est que le vecteur qu’utilise l’artiste pour véhiculer un message plus profond et durable.

Monumenta, puisque c’est le nom de cette série d’expositions qui offre, depuis 2007, la totalité de l’espace nu du Grand Palais à des artistes contemporains, est certainement un défi que peu d’entre eux peuvent tenter de relever. D’ailleurs la liste des créateurs qui ont osé se confronter à ce volume qu’ils doivent habiter et non juste remplir, indique qu’il faut déjà avoir pratiqué le gigantisme et avoir gagné ses galons d’artiste majeur de la scène contemporaine pour y être invité.

Huang Yong Ping est un artiste chinois naturalisé français : à l’époque de Tian’Anmen, il expose à Paris et obtient le statut de réfugié politique, nombre de ses œuvres étant interdites en Chine ainsi qu’un mouvement avant-gardiste qu’il lancera à la fin des années 80. Il vit depuis bientôt 30 ans en France et représenta même son pays d’adoption en 1999 à la Biennale de Venise. Lire la suite

BRISER LA GLACE, CNAC Grenoble

Briser la glace AfficheDans l’attente de l’arrivée de sa nouvelle directrice en septembre, Béatrice Josse, très attendue après de nombreux mois de conflits entre la direction et les salariés, le CNAC propose une exposition, gratuite, dont la programmation a été confiée à la Session 25 de l’École du MAGASIN* : en effet le Centre National d’Art Contemporain forme depuis 25 ans aux « pratiques curatoriales », c’est à dire à la gestion des œuvres d’art et à l’organisation d’expositions.

La plupart des œuvres sélectionnées utilisent des objets du quotidien et suggère au visiteur d’interagir. Dès l’entrée il est invité à pénétrer dans cet immense cube fait de rubans, réminiscence de ces rideaux que l’on trouvait aux portes des maisons méridionales et que l’on s’amusait à passer pour sentir les lamelles glissées sur soi. Là on ne franchit pas juste le seuil, on doit traverser une forêt serrée qui vous absorbe et vous caresse, puis CNAC Rideauvous recrache. Les enfants s’y glissent en criant soit par jeu soit pour dominer leur appréhension. De manière assez étonnante l’oeuvre du suédois Jacob Dahlgren s’appelle « The wonderful world of abstraction », alors qu’elle est profondément sensorielle par les couleurs et le toucher. Et cet oeuvre a un effet extrêmement puissant sur ses spectateurs : elle les fait disparaître momentanément de l’exposition ! Lire la suite

Mr GAGA, SUR LES PAS DE OHAD NAHARIN, de Tomey Heymann

Mr GagaPeu de chorégraphes, au-delà du style qui les distingue des autres créateurs, ont conçu un langage corporel complet et qui devient l’univers dans lequel ils s’expriment. Dans le cas d’Ohad Naharin, c’est encore plus étonnant, puisque Gaga, d’où le titre du film, est moins une codification d’éléments chorégraphiques, qu’une nouvelle manière d’appréhender par le mouvement ses propres faiblesses, ses blocages et ses limites afin bien sûr de les dépasser, de renforcer et dynamiser son corps, et de pouvoir se consacrer entièrement à l’expression artistique sans se sentir contraint physiquement. En quelque sorte, il a créé une pédagogie qui va permettre aux danseurs d’aller au-delà des possibilités dont ils ont conscience et à lui-même d’exiger qu’ils dépassent en permanence leurs limites.

C’est évidemment d’autant plus surprenant qu’Ohad Naharin n’a vraiment commencé à danser qu’à 22 ans, à la Batsheva Dance Company, sans avoir reçu une formation particulière. Sa mère était danseuse, mais il s’était plutôt orienté vers la gymnastique, l’acrobatie et la musique et a passé son service militaire puis la guerre du Kipour dans l’unité de divertissement de l’armée. Lire la suite

PICKUP VR CINÉMA, Salle de cinéma VR, Paris

Une expérience bluffante d’immersion

Tlogo pickupvrcinemaravaillant depuis quelque temps sur la Vidéo 360°, j’ai profité d’un déplacement professionnel à Paris pour assister à une séance dans la première « salle de cinéma » qui propose uniquement un contenu VR. Elle est la seule à Paris, sans doute également en France et peut-être en Europe.

Quelques mots d’explications sont nécessaires. Tout d’abord VR.

Pour faire simple, VR (Virtual Reality ou Réalité Virtuelle) désigne tous ces contenus qui permettent d’immerger le spectateur dans un environnement, réel ou imaginaire, afin qu’il ait la sensation d’y être, de s’y mouvoir et éventuellement d’interagir avec cet environnement. Cela peut être de pures créations faisant appel à la 3D et à l’image de synthèse, ou des vidéos tournées avec des caméras qui filment simultanément sous tous les angles, dites caméras 360°. Lire la suite