DERNIER TRAIN POUR BUSAN de Yeon Sang-Ho

dernier-train-busan400 pxFilm fantastique à tous points de vue !

Je ne suis jamais allé voir un fil de zombie, et n’ai d’ailleurs pas l’intention d’aller en voir d’autres mais celui là venait avec une réputation flatteuse suite à sa projection à Cannes hors-compétition et était précédé de critiques élogieuses de la part de journaux qui d’habitude n’accorde pas une seule ligne à ce genre de films. Car évidemment si c’est un film de zombies au sens où il y en a des meutes et qui attaquent les passagers du train, c’est surtout un film où s’entremêlent de nombreuses réflexions sur le comportement humain face au danger, sur l’amour parental et filial et sur le sens du sacrifice. Il y a également au moment où la crise prend corps au début du film, quelques minutes cinglantes sur les autorités politiques représentées par un présentateur télé qui débite des informations rassurantes alors que les images qui défilent derrière lui ne sont que chaos !

Il n’est pas question de raconter le film au risque de dévoiler les nombreux rebondissements qui en font tout le sel et qui emmènent le spectateur par le bout du nez jusqu’à la scène finale. Lire la suite

Publicités

DIVINES de Houda Benyamina

Divines400pxMoment triplement exceptionnel jeudi soir au Club avec la projection de Divines, en avant-première et en présence, après la séance, de sa réalisatrice, Houda Benyamina.

Elle avait fait le buzz en Mai à Cannes lors de la remise de la Caméra d’Or, prix totalement inattendu pour un premier film qui n’avait été sélectionné que grâce à l’audace d’Edouard Waintrop, directeur de la Quinzaine des Réalisateurs, et  remercié sur scène par Houda Benyamina, du féministe « Edouard, t’as du clito ! », repris d’une des répliques culte du film.

Premier moment exceptionnel, le film lui même bien sûr. L’errance obstinée et tendue d’une jeune fille, Dounia, qui veut s’extraire de son quotidien, qui la promet à un sort désespérant, tant il est déterminé par les conditions dans lesquelles elle vit. Elle fait partie d’une population d’une pauvreté extrême n’ayant même plus accès à la cité locale et survivant avec sa mère dans le camp de Rom situé en contrebas. La scène où elle se rebelle contre sa professeur de BEP Hôtesse d’accueil est caractéristique du rejet d’une voie qu’elle vit comme une impasse et comme la marque de la médiocrité dans laquelle la société veut la cantonner.  Lire la suite

PLATEAU D’EMPARIS DEPUIS LES AYMES

Lac Noir
Lac Noir, la Meije, le Râteau, le Glacier de la Girose

Émotions de toutes natures

Une randonnée intense, à divers titres, du début jusqu’à la fin, et qui remplit le regard de chocs visuels successifs jusqu’à le faire déborder tant les paysages sont exceptionnels, variés et emblématiques.

La balade, si on peut l’appeler comme ça au départ, commence par un sentier qui traverse les pentes abruptes qui dominent le lac du Chambon, pentes sous lesquelles, un peu en amont, s’est écroulé le tunnel il y a maintenant plus d’un an. Ces contreforts vertigineux s’appellent l’Ardoisière : le GR, car c’en est un, taille un chemin étroit dans la poussière d’ardoise, parfois guère plus large que les deux pieds côte à côte, et qui vous fait immédiatement comprendre pourquoi cette aventure est sérieusement déconseillée par temps humide ! Lire la suite

SCULPTURE AUX 4 VENTS, Vatilieu, Isère

Arbre aux 4 Vents
L’arbre aux 4 vents, Made

« Sentier » Art !

En 2009 la commune de Vatilieu, dans les collines au-dessus de Vinay, à moins de 30′ de Grenoble, s’engageait dans un projet artistique original, proposant à quelques sculpteurs de venir enrichir le paysage de leurs œuvres monumentales. Avec un double défi à relever : les créer sur place en dix jours et les intégrer à l’environnement local.

Depuis, chaque année, de nouveaux artistes étoffent cette exposition permanente qui allie culture et nature. En effet les créations sont disséminées sur un sentier qui fait une boucle de 5 kilomètres partant de l’église du village : il alterne chemins en balcons, qui offrent un panorama qui embrasse Chartreuse et Vercors, encadrant Belledonne au fond de l’horizon, et sous-bois dans lesquels se nichent malicieusement certaines des œuvres.

A l’époque où se développe et s’institutionnalise le StreetArt, Vatilieu a en quelque sorte inventé le « Sentier »Art ! Lire la suite