THÉÂTRE 2020

 

Titre  Auteur  Lieu  Dates angry_40_anim_gif sadsmile_40_anim_gif smile_40_anim_gif clapping_40_anim_gif inlove_40_anim_gif  Commentaire Blog
Le Grand dégenrement Hexagone | Meylan 18/02 smile_40_anim_gif Quelques idées mais pas approfondies. La séquence où Aurélien Barrau monologue sur fond de jonglerie défaillante mais qui peuple la scène de balles blanches figurant l’univers est sans doute le moment le plus réjouissant
G5 Rocio Berenguer Hexagone | Meylan 11-12/02 sadsmile_40_anim_gif Extrêmement décevant, surtout quand on a eu vent il y a un an des intentions de l’auteur. Le thème de fond, la prise en compte de l’ensemble des règnes qui peuplent la Terre, est en fait quasiment escamoté derrière la mise en scène de leur dialogue. Pourtant le thème ne manquait pas de ressources, alors que nous questionnons notre rapport à la Nature et la nécessité de comprendre et intégrer notre interaction avec elle
Joueurs, Mao II, Les Noms Don Delillo / Julien Gosselin MC2 | Grenoble 01-02/02 clapping_40_anim_gif Une expérience, un voyage. Bien sûr on peut lâcher parfois, normal sur 9 heures sans entracte, l’attention cède. De manière étonnante ce sont peut-être les 2 premières heures les plus longues : il faut d’abord se laisser embarquer, et on ne peut s’empêcher de se dire au bout d’une heure, si prenante soit elle, qu’il y en a encore huit ! Puis petit à petit le corps et l’esprit s’installent, se tendent et se détendent. Il y a un moment où l’on bascule, on sait que l’on ne sortira plus, on accepte l’aventure, on se libère de la question de savoir si l’on va tenir. Les éventuels moments d’incompréhension, d’ennui ou d’inconfort physique font partie intégrante de l’expérience sensorielle, au même titre que l’émotion suscitée par certains échanges, l’attrait captivant de certaines situations, l’incrédulité admirative devant ce monologue de plus d’une heure, qui commence comme un entracte et qui étire et suspend le temps.

C’est évidemment audacieux et créatif, mais tout aussi construit et organisé. En tant que spectateur il faut prendre ce risque, ne serait-ce que pour que cela existe, et que les artistes continuent de nous transporter dans des contrées inhabituelles où nous nous immergeons et nous nous décrassons.

Site
Lucchini et Moi Olivier Sauton La Basse-Cour | Grenoble 9/01-18/01 smile_40_anim_gif Le spectacle manque d’un parti pris. Il hésite entre hommage, imitation et gentille moquerie. Nous n’étions pas venus voir un simili Lucchini partir dans ces fameuses tirades échevelées. Quelques beaux moments sur la nécessité de la culture et l’apprentissage dès le plus jeune âge.