PICKUP VR CINÉMA, Salle de cinéma VR, Paris

Une expérience bluffante d’immersion

Tlogo pickupvrcinemaravaillant depuis quelque temps sur la Vidéo 360°, j’ai profité d’un déplacement professionnel à Paris pour assister à une séance dans la première « salle de cinéma » qui propose uniquement un contenu VR. Elle est la seule à Paris, sans doute également en France et peut-être en Europe.

Quelques mots d’explications sont nécessaires. Tout d’abord VR.

Pour faire simple, VR (Virtual Reality ou Réalité Virtuelle) désigne tous ces contenus qui permettent d’immerger le spectateur dans un environnement, réel ou imaginaire, afin qu’il ait la sensation d’y être, de s’y mouvoir et éventuellement d’interagir avec cet environnement. Cela peut être de pures créations faisant appel à la 3D et à l’image de synthèse, ou des vidéos tournées avec des caméras qui filment simultanément sous tous les angles, dites caméras 360°.

En l’occurrence ces vidéos 360° peuvent être visualisées sur un ordinateur de bureau dans YouTube, DailyMotion ou Facebook. En déplaçant la souris de gauche à droite et de bas en haut on « fait le tour ». Si on les joue sur son Smartphone, il suffit de le déplacer pour les voir sous différents angles. Bien sûr l’effet d’immersion n’est atteint que lorsque l’on regarde la vidéo avec un casque de Réalité Virtuelle. L’effet « Waouh ! » est garanti. Dans la plupart des cas ce sont des casques équipés simplement de deux lentilles, dans les quels on clippe le Smartphone, en jouant la vidéo dans le mode spécifique VR, c’est à dire divisée en deux sur l’écran. Toutes les vidéos 360° jouées sur Smartphone ont ce petit logo qui permet de passer dans le mode adapté.

Ensuite les guillemets à « Salle de cinéma »

Vous l’avez compris, le contenu VR se regarde individuellement, chacun équipé de son casque. La salle n’a donc pas besoin d’équipements de projection, ni d’écran. Dans le cas précis de PickUp VR Cinéma, il s’agit d’une simple pièce avec une quinzaine de fauteuils tournant sur eux-mêmes pour que le spectateur puisse facilement regarder dans toute les directions. Par contre les initiateurs du concept ont créé un logiciel qui déclenche le film simultanément sur tous les Smartphone. A défaut de voir les autres personnes, le fait de savoir que l’on regarde tous la même vidéo, même si ce n’est pas sous le même angle, distille un zeste d’expérience collective. Cela est d’autant plus important si le spectacle déclenche des réactions sonores : surprise, effroi, rires, … Mieux vaut qu’elles se produisent à l’unisson pour la qualité de la séance !

On est effectivement ailleurs !

J’avais déjà expérimenté quelques casques et regarder ainsi plusieurs vidéos trouvées sur Internet. L’effet d’immersion est évident, et pour les personnes qui l’expérimente une première fois, c’est toujours une surprise. Mais cette fois, même pour quelqu’un qui n’en est pas à sa première tentative, il a été vraiment bluffant. Deux raisons. L’équipement tout d’abord : un casque très enveloppant, suffisamment large pour que les lunettes passent, et un casque audio d’excellente qualité. Ensuite les contenus eux-mêmes : créés, tournés, montés comme des vraies productions, ils garantissent une « réelle » sensation de présence au sein de l’action. Dès les premières secondes on oublie donc que l’on est dans cette pièce de quelques dizaines de mètres carré et on part pour le voyage.

LOVR
LOVR, Aaron Bradbury

PickUp VR Cinéma propose plusieurs programmes. J’avais choisi « Ouverture » qui permet de voir différents types de créations : documentaire, film de fiction, dessin animé en images de synthèse 3D, et un « ovni, objet visuel non identifié », LOVR, que seule la VR permet, et qui vous plonge dans un univers de formes géométriques et colorées et de pulsations du cœur d’un homme tombant amoureux. Evidemment la création la plus surprenante et qui laisse entrevoir des perspectives originales et inédites pour ce nouveau type de divertissement.

Dans le panel, il y avait aussi un film d’horreur. Même si la réalisation ménageait les effets de surprise pour les âmes sensibles, on imagine sans aucune difficulté le parti qui peut être tiré de cette technologie pour plonger le spectateur dans un scenario autrement plus terrifiant, où il se trouvera au cœur de l’action !

La VR est également particulièrement adaptée à la science fiction, ici un film qui s’appelle Sonar présenté au festival Sundance début 2016 : profondeur des espaces, immersion dans des univers lointains et différents, pilotage de vaisseaux qui parcourent les galaxies. Ce domaine du cinéma qui nous a entraîné, depuis 2001 Odyssée de l’espace et jusqu’à Interstellar ou Seul sur Mars, dans des voyages inoubliables, va sans doute connaître avec la VR un renouvellement et un développement spectaculaires.

Le programme propose aussi un documentaire tourné en Afrique sur les quatre derniers rhinocéros blancs, financé sur Kickstarter et présenté au festival du film de Tribeca à New York. Jamais on n’a vu ces énormes bestioles d’aussi prêt puisque on se situe au milieu de leur déambulation, c’est le principe. Le documentaire est aussi intéressant par son montage qui mixe astucieusement prises de vue en savane et en laboratoire, en tirant parti de l’effet 360° et de la spatialisation du son qui incite le spectateur à se retourner.

De manière générale la VR va donner un souffle nouveau au documentaire par le simple effet d’immersion. Elle va également créer un nouveau style d’expériences avec les vidéos d’activités sportives plus ou moins extrêmes qui offriront aux internautes des sensations spectaculaires, qui leur sont, pour la plupart d’entre eux, totalement inaccessibles.

La VR va-t-elle tuer le cinéma ?

Bien évidemment, non. Il s’agit d’un nouveau loisir qui n’en ait qu’à ses balbutiements, adapté à certaines situations, en particulier à cause de la position du spectateur, elle-même induite par la caractéristique intrinsèque de la caméra 360°, et qui le situe en permanence au centre de l’action. Cela plonge déjà les créateurs dans des abîmes de réflexion à propos du scénario, de la narration et du montage. Le 17 et le 18 Juin se déroulait le premier Festival VR au Forum des Images. La conférence inaugurale abordait ces sujets, et en toute modestie, les intervenants reconnaissaient qu’ils défrichaient un continent nouveau, qu’ils tâtonnaient, qu’ils inventaient, en se confrontant en permanence à des questions techniques et conceptuelles qui les obligeaient à créer un nouveau langage cinématographique. Ils convenaient tous qu’il faudra plusieurs années pour commencer à maîtriser cette nouvelle facette du 7 éme art et offrir aux spectateurs des horizons inexplorés.

Vivre les événements à distance

La VR induira enfin une nouvelle manière d’assister et de vivre les concerts, et certains spectacles vivants, sans y être physiquement, donnant aux fans une opportunité décuplée de voir leurs artistes préférés et offrant aux organisateurs un public élargi et sans doute de nouvelles sources de revenus. D’ailleurs Samsung ne s’y est pas trompé : le n°1 mondial des Smartphones qui avait déjà lancé le meilleur casque VR du marché, vient de sortir une caméra 360° HD grand public, le tout propulsé par un spot de publicité qui a le mérite d’être clair et efficace !

Quel sera le best-seller high-tech en fin d’année 2016 ?

PickUp VR Cinéma, 113 rue de Turenne 75003 Paris

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s