LETTRE OUVERTE A M. DE RUGY, FRANCE INTER 27 FÉVRIER

Bonjour M. De Rugy,

je vous écris cette lettre ouverte suite à l’interview entendue hier matin à France Inter, dont j’estime qu’elle reflète le degré zéro du courage et de la vision politique. Et qui me met en rage.

Pour être totalement transparent, voici, en vrac, quelques éléments d’information personnels. Je suis ce que l’on appelle dans les catégories statistiques un CSP+, je vote écolo quand c’est possible, je n’ai jamais eu d’engagement politique mais je m’étais investi en son temps dans l’initiative Notre Primaire avant les présidentielles de 2017 ; d’ailleurs je replonge avec Place Publique depuis un mois dans la structure locale de Grenoble, n’ayant pas définitivement fait mon deuil d’un rassemblement minimum à gauche. En résumé un beau specimen de bobo ! Même si pour différentes raisons je ne me reconnais pas tout à fait dans cette terminologie, j’assume car j’en ai toutes les apparences !

Je pourrais ajouter que je suis cultivé, bien élevé et plutôt modéré, que je suis prêt à payer quelques centimes de taxe sur les carburants, mais que je soutiens totalement la révolte originelle des Gilets Jaunes. Parce que vous m’exaspérez de plus en plus M. De Rugy.

Quand je dis vous, ce n’est pas personnel, je désigne le gouvernement auquel vous appartenez, et la plupart de vos homologues des autres pays. Et moi qui me considère comme ouvert au débat, compréhensif aux arguments qui explique que l’on ne peut pas forcément tout faire tout de suite, vous (toujours collectif) avez réussi en bientôt deux ans, à m’insupporter, à générer un sentiment de ras-le-bol, et à perdre à mes yeux toute crédibilité. Il faut dire que vous y mettez du vôtre : se revendiquer champion de la transition écologique et ironiser sur Trump avec le slogan « Make our planet great again » alors que depuis deux ans les rejets de CO2 sont repartis à la hausse, et que les engagements de la COP 21 dont tout le monde se gargarise ne sont pas tenus en France, bravo ! Le président américain n’est vraiment pas ma tasse de thé, mais parfois je me demande si je ne respecte pas plus la bêtise que l’hypocrisie !

Vous êtes ministre de l’Ecologie, je ne vais donc pas m’étendre sur la politique sociale et fiscale menée par le gouvernement, bien qu’elle soit, de manière évidente, responsable du contexte qui a transformé la taxe carbone en goutte d’eau faisant déborder le vase. L’urgence climatique ne date pas d’hier et vous (collectif) avez hérité en 2017 d’une situation idéale pour mettre la société en mouvement avec un objectif ambitieux, humaniste, porteur économiquement et mobilisateur pour la jeunesse : être les leaders de la transition écologique. Mais vous n’avez rien fait, et sur un certain nombre de points la situation a même empiré.

Vous aviez un terrain parfait : un grand coup de balai exprimé par le vote des français vous libérant des arguties partisanes, un président jeune qui, même s’il n’avait pas vraiment mis l’écologie en porte-drapeau, aurait pu utiliser à bon escient sa fougue et la période où il ,marchait sur l’eau pour entraîner ses concitoyens, un ministre d’état, Nicolas Hulot, conscient, comme peu d’acteurs politiques et associatifs, de la gravité de la situation, enfin des tonnes de rapports, états des lieux, observations sur lesquels vous appuyer pour illustrer concrètement les évolutions catastrophiques en cours et à venir. Mais non, rien ! Pire vous avez même réussi à pratiquement monter les uns contre les autres des gens qui auraient sans doute bien besoin que l’on isole leur logement pour faire des économies et des gens qui, ayant la chance de vivre dans des conditions meilleures, font leur possible à leur niveau pour contribuer à éviter le naufrage.

Et après vous vous étonnez que plus de 2 millions de personnes aient signé la pétition « L’affaire du siècle » qui vous reproche votre inaction ! Il n’y a pas plus aveugle que celui qui refuse de voir !

Pourtant ce ne sont pas les idées et les plans qui manquent. En 2013, l’Ademe, pas vraiment connue pour être un repère de dangereux révolutionnaires gauchistes et sous la tutelle entre autre du ministère de l’Ecologie, publiait des scenarii argumentés scientifiquement de mix énergétique allant jusqu’à 100% de renouvelables à l’horizon 2050 (donc sans nucléaire ni carbone). Régulièrement l’association NegaWatt met à jour ses prospectives de transition énergétique, en particulier en 2017 à l’approche de la présidentielle, reprenant l’hypothèse de l’Ademe et surtout se basant sur 3 piliers : sobriété, efficacité et énergies renouvelables.

Il y a plus d’un an, l’association « Agir pour le Climat » fondée par Pierre Larrouturou et Jean Jouzel lançait l’appel pour un « Pacte finance-climat européen » afin de financer massivement la transition énergétique. Une initiative qui ne cesse de gagner en visibilité et qui est supportée par de nombreux hommes et femmes politiques de tout bord, mais dont vous semblez totalement absent. Il est sans doute plus confortable médiatiquement de recevoir Greta Thunberg que d’avancer d’une manière volontariste sur l’orientation des centaines de milliards d’euros que les banques font virevolter en spéculant plutôt que de les investir dans l’économie réelle et en particulier sur la transition énergétique.

Quand je parle d’absence de courage et de vision politique, c’est que ce qu’il faut faire est su et connu depuis des années, qu’un certain nombre de mouvements politiques et d’associations le clament haut et fort et proposent d’avancer concrètement et simplement, par exemple sur le sujet de l’isolation thermique, qui aiderait les populations les plus précaires, qui créerait des emplois et qui contribuerait à diminuer la consommation d’énergie. Alors avez-vous une explication plausible de l’immobilisme ? Le financement ? Vous savez parfaitement que c’est un faux problème ! Entre Grand Emprunt – d’ailleurs ce serait intéressant de savoir à quoi il a servi … , choix stratégique de la BCE, idée d’ôter de tels investissements du calcul du déficit, priorités budgétaires, initiative Pacte Finance-Climat citée précédemment, et évidemment une affectation honnête de la Taxe Carbone, si vous vous y mettez vous allez le trouver le financement. Allez je peux même faire une suggestion : puisque que vous tenez vraiment à diminuer l’ISF, ce que par ailleurs je trouve totalement improductif, proposez que les investissements, et uniquement eux, des grandes fortunes dans la transition écologique soient défiscalisés.

Au lieu de cela votre discours hier consiste d’un côté à appeler les français à continuer de prendre conscience du changement climatique et à changer leur comportement, et de l’autre à dire que puisqu’ils ont exprimé, au bout de la colère et de l’exaspération, un certain nombre de demandes vous allez réfléchir à les mettre en oeuvre, et même en recevoir certains car toutes les idées sont bonnes à prendre !

Mais c’est tout le contraire de ce que l’on attend d’une instance politique visionnaire et courageuse ! Sur le premier point, les français ne vous ont pas attendu mais vous savez très bien que la somme des comportements individuels sera totalement insuffisante si un certain nombre de décisions structurantes ne sont pas prises (mix énergétique, fléchage des investissements, pénalisation des productions « carbonées », …). Donc arrêtez de les culpabiliser et prenez vos responsabilités.

Sur le deuxième point, comment osez-vous donner l’impression que vous découvrez ce qu’il faut faire et que dans un grand élan démocratique vous allez tenir compte de ce qui ressort des ronds-points et du Grand Débat ? Ça vous a juste explosé à la figure parce que vous avez fait à peu près tout à l’envers, ou pire à l’encontre des besoins de la majorité de la population. Le problème du réchauffement climatique est connu et documenté, des solutions techniques, économiques, sociales ont été discutées, produites, analysées. Bien sûr elles ne plaisent peut-être pas à tout le monde, et en particulier aux acteurs quasi monopolistiques de l’énergie, aux entreprises multinationales engrangeant des milliards dans l’exploitation des hydrocarbures, ou aux établissements financiers jonglant à la nanoseconde avec des sommes vertigineuses à l’écart de l’économie réelle.

Mais n’est-ce pas le rôle de l’homme et de la femme politique de comprendre les enjeux de société, de prioriser les urgences, d’inciter, voire de contraindre si nécessaire, les acteurs du marché à accompagner et propulser le développement, de prendre des décisions puis de les articuler et de les argumenter pour entraîner les citoyens ? Avec comme objectif le bien commun ?

Compte tenu des forces politiques en présence, vous auriez pu ériger en cause nationale l’urgence climatique, afficher ses objectifs stratégiques, fixer les grandes masses budgétaires (investissements dans les énergies renouvelables, dans l’efficacité thermique, recettes telles que la taxe carbone, …) et proposer dans ce cadre aux citoyens de débattre et d’enrichir le plan. Ce serait passé comme une lettre à la poste ! Et si vous vous étiez battu auprès des instances européennes pour orienter les décisions monétaires vers la transition énergétique et écologique, on aurait pu même être fier de vous (collectif toujours).

Voilà, en gros vous (toujours collectif) ne méritez pas l’honneur que vous ont fait les français de vous élire, même si c’est par un étrange concours de circonstances. Et ne vous étonnez pas si ils cherchent d’autres voies pour reprendre en main leur destin, s’ils fulminent et si parfois leur colère déborde.

Il vous reste 3 ans au pouvoir. Je n’ose espérer que la période agitée actuelle vous aura décillé les yeux, mais je ne veux pas parier sur la politique du pire. Alors tâchez au moins d’être utile et de mettre en place enfin les fondations d’une véritable transition écologique et sociale.

Cordialement

 

 

 

 

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s