L’AUTRE RIVE de Kiyoshi Kurosawa

L'autre riveL’être cher disparaît sans que l’on sache ni où ni comment ni pourquoi. Dans la réalité impossible de faire son deuil ; on est cantonné à s’accrocher aux prières et à quelques “madeleines”, en l’occurrence des beignets japonais.

Dans “L’Autre Rive”, le défunt revient, 3 ans plus tard, conscient qu’il doit venir s’expliquer pour que l’être aimé trouve la paix. C’est aussi une âme errante qui sait qu’il ne trouvera le repos qu’une fois sa mission accomplie. Il se sent d’autant plus coupable que sa disparition, volontaire, est liée à un mal être dont il ne veut pas que sa femme se sente responsable.Il l’emmène alors sur les traces de son errance, une errance heureuse ménageant même des moments d’humour, sans doute libéré du poids de vivre, et qu’il revient partager avec elle pour le plus grand plaisir des êtres qu’il avait alors rencontrés.

Un voyage sensible où vivants et morts dialoguent, où les défunts continuent de veiller sur ceux qu’ils ont laissés ; un voyage spirituel où l’acceptation du deuil permet une forme d’épanouissement final de la relation du couple.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s