NE TIREZ PAS SUR L’OISEAU MOQUEUR de Harper Lee

Harper LeeA mettre immédiatement entre toutes les mains !

Jusqu’à la semaine dernière je ne connaissais pas Harper Lee, bien que le titre de son roman mythique « Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur », paru en 1960, réveillait en moi quelques neurones. C’est en écoutant une émission de radio il y a une dizaine de jours que j’ai découvert que son livre, Prix Pultizer 1961, était considéré comme une oeuvre majeure contre la ségrégation et le racisme, le livre le plus étudié dans les établissements scolaires américains, et avait été vendu à 40 millions d’exemplaires dans le monde. Cerise sur le gâteau, il en avait été tiré un film avec Gregory Peck, récompensé de 3 Oscars !

Pourquoi faisait-il soudain l’actualité ? Parce que jusqu’au début 2015, « Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur » était le seul roman d’Harper Lee, et qu’a priori il devait rester à jamais le coup de génie de cette dame âgée aujourd’hui de 89 ans. Mais voilà, après 55 ans de silence, un deuxième roman faisait soudain son apparition, engendrant d’ailleurs quelques polémiques sur sa découverte et même sur son véritable auteur. Comme il se passe 20 ans après le premier roman et met en scène les mêmes personnages, la critique n’a pas manqué de le comparer à son illustre prédécesseur, le jugement, à tout point de vue, étant nettement en faveur du premier.

Flânant dans ma librairie préférée, qui avait profité de cette actualité pour remettre bien en évidence le fameux roman dans sa version Livre de Poche, je n’ai pas résisté.

L’histoire se déroule dans les années 1930, dans une petite bourgade de l’Alabama, l’un des états du fameux « Deep South » où la ségrégation raciale a sévi jusque dans les années 1960. La narratrice est une jeune fille, Jeanne Louise surnommée Scout, particulièrement éveillée, de 6 ans au début du roman qui se déroule sur 3 années scolaires. Elle vit avec son frère, Jeremy dit Jem, de 4 ans plus âgé. Les enfants sont éduqués par leur seul père, leur mère étant décédée, un avocat particulièrement intègre et pour beaucoup dans la maturité et l’espièglerie de son fils et de sa fille.

Le roman mêle constamment questions et peurs enfantines et réflexions sur ce monde des adultes que le frère et la sœur tentent en permanence de déchiffrer. Ils évoluent dans une Amérique profonde baignée de religion et de cette discrimination entre Blancs et Noirs, qui, à cause du poids de l’Histoire, semble naturelle à la grande majorité de la population. Ils vivent leur vie d’enfants, à l’école, lieu de confrontation avec la société, avec leur copain Dill pendant les vacances scolaires, s’inventant jeux et histoires souvent en rapport leur voisinage, source récurrente d’angoisse ou de perplexité. Le nœud de l’histoire est le procès d’un noir accusé de viol et que défend Atticus, le père de Scout et Jem. A l’occasion de ce procès et des conséquences de son déroulement, les enfants vont entrevoir les nombreuses facettes de l’âme humaine, se confronter au sentiment d’injustice, changer d’opinion sur certaines personnes dont ils découvrent la valeur au gré des événements, en maintenant un dialogue permanent avec leur père, sorte de guide qui, par petites touches, les fait réfléchir pour leur inculquer les notions d’équité, de respect et de justice.

Le frère et la sœur étant particulièrement précoces intellectuellement, ce qui se traduit dans leur manière de parler et d’observer la société, ce roman vu à hauteur d’une gamine espiègle, est un livre tout public, au ton très enlevé, drôle souvent grâce aux réflexions piquantes des enfants, poignant aux moments clés et qui se lit avec le plaisir d’avancer dans une oeuvre fluide qui ne baisse jamais d’intensité et avec l’impatience d’y revenir dès que l’on fait une pause.

Cela aurait fait un magnifique cadeau de Noël ! Que ceux qui ont la chance de ne pas encore l’avoir lu, n’hésite pas à se faire ce petit cadeau pour démarrer l’année 2016 du bon pied.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s