LES RUBANS BLEUS

Sur sa peau dorée deux fines bretelles
Retiennent sa robe en suspension
Deux rubans bleus et plats noués sur elles
Maintiennent l’étoffe sous tension.

Entre pouces et index, je délace
Le premier nœud, libère le tissu.
Elle me fixe, apeurée de l’audace
Qui découvre une épaule à son insu.

Sous une caresse inhabituelle
Je sens un léger frisson duveté.
Quand s’efface la seconde bretelle,

Dans un réflexe de timidité,
De ses deux bras croisés, mains à plat, elle
Dérobe à mon regard, sa nudité.

 

 

 

 

VOTEZ !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s